L'AISCCUF à la Francophonie !

Le Secrétaire général de l'AISCCUF et Premier président de la Cour des comptes française, Monsieur Didier Migaud, a rencontré la nouvelle Secrétaire générale de la Francophonie, Madame Louise Mushikiwabo, le 19 juillet dernier au siège de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

Mme Louise Mushikiwabo, élue lors du XVIIème Sommet de la Francophonie, les 11 et 12 octobre 2018, a pris ses fonctions en janvier 2019. Elle est la quatrième titulaire du poste de Secrétaire général de l’OIF. Ses priorités à la tête de l’institution s’articulent autour de quatre axes majeurs : la pertinence de l’Organisation, le rayonnement de la langue française, l’emploi des jeunes et l’échange de bonnes pratiques.

En sa qualité de Secrétaire général de l’AISCCUF, le Premier président Migaud a témoigné auprès de Mme Louise Mushikiwabo de l’implication de l’Association comme acteur engagé au sein du réseau de la Francophonie.

En effet, depuis sa création en 1994, l’AISCCUF est rattachée à l’OIF en tant que l’un des seize réseaux institutionnels de la Francophonie. La Cour, qui assure le Secrétariat général permanent de l’AISCCUF depuis sa création, entretient à ce titre des relations développées avec l’OIF. Le Secrétaire général a dit son attachement à renforcer les échanges professionnels entre la Cour et l’OIF.

La convergence d’objectifs multilatéraux soutenus par l’OIF avec ceux de l’AISCCUF est claire :

- la promotion de la jeunesse illustrée par le TOP Congrès de 2018 à Abidjan ;

- le renforcement de l’Etat de droit par la bonne gouvernance des finances publiques, illustré par toutes nos actions bilatérales et multilatérales de soutien d’ISC fragiles ou en développement ;

- ou encore l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD-SDG) de l’Agenda 2030 des Nations unies qui sera l’un des thèmes de la prochaine Assemblée générale de l’AISCCUF en 2021.

Le Premier président a également tenu à rappeler que l’Association avait aussi pour vocation de défendre l’indépendance des ISC. Ce sujet est, en effet, au cœur des discussions entre l’INTOSAI et la communauté des donneurs internationaux. Cette problématique est particulièrement délicate dans les ISC d’Afrique francophone et constitue donc un sujet de premier plan pour l’AISCCUF, auquel la Secrétaire générale de l’OIF s’est montrée très sensible.

L’AISCCUF répond également aux sollicitations de la Francophonie comme l’a montré la participation de la Cour à la réunion francophone sur la prévention et la lutte contre la corruption et les droits de l'Homme qui a eu lieu à Paris les 12 et 13 juin 2019. L’AISCCUF a présenté le rôle des ISC dans la lutte contre la corruption. L’OIF avait par ailleurs annoncé, lors de la clôture de ce séminaire, qu’elle retenait une bonne pratique identifiée par l’AISCCUF au travers de la norme ISSAI 5700 relative aux lignes directrices pour l’audit de la prévention de la corruption.

Au cours de cet entretien, Madame Louise Mushikiwabo a rappelé son attachement à l’AISCCUF et à l’action de la Cour dans l’animation de ce réseau.