Les projecteurs tournés vers la Cour des comptes algérienne …

Dans le cadre du programme d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association entre l’Algérie et l’Union européenne, la Cour des comptes algérienne a organisé le 25 avril 2018, en partenariat avec la délégation de l’Union européenne à Alger, le séminaire de clôture de son jumelage avec la Cour des comptes française (partenaire principal) et le Tribunal de Contas portugais (partenaire junior).

Étaient notamment présents à ce séminaire M. Abdelkader Benmarouf, Président de la Cour des comptes algérienne, M. Didier Migaud, Premier président de la Cour des comptes française, Mme Eleonora Pais de Almeida, représentante du Président du Tribunal de Contas portugais, SEM John O’Rourke, Ambassadeur de l’Union européenne, SEM Xavier Driencourt, Ambassadeur de France, SEM Carlos Manuel Folhadela de Macedo Oliveira, Ambassadeur du Portugal et M. Ali Mokrani, Directeur de la coopération avec l’Union européenne et des institutions au Ministère algérien des affaires étrangères.

Ce jumelage, qui a débuté en janvier 2016, avait pour objectif le renforcement des capacités institutionnelles de la Cour des comptes algérienne dans de très nombreux domaines. Il a mobilisé l’expertise des ISC française et portugaise autour de quatre axes (organisation et moyens, activités juridictionnelles, contrôle budgétaire de l’État, contrôle de la gestion et évaluation). Le séminaire de clôture a permis de mettre en valeur les 250 recommandations formulées par les experts (dont 80 % déjà mises en œuvre), les 80 livrables et les principales réalisations du jumelage. Il a bénéficié d’une forte implication de la Cour des comptes algérienne et permis d’obtenir d’ores et déjà de nombreux résultats qu’elle entend pérenniser et prolonger au-delà du jumelage.

Appuyés par Nathalie Burette, représentante locale de la Cour française, une centaine d’experts français et portugais et près de 300 algériens (plus de 60 % du personnel de la Cour algérienne) ont œuvré pour donner un vaste écho aux 160 actions du projet. Chacun s’est plu à reconnaître que l’opération de coopération était un franc succès, technique mais également humain, en termes de mobilisation et de relations, et devait continuer à vivre, sans trop de délai, sur la base d’un suivi ponctuel, en commençant notamment par la maintenance du système d’information informatique et les actions de formations aux 13 guides d’analyses finalisés dans une première version. A terme, les ultimes recommandations en attente des modifications législatives pourraient faire l’objet d’une évaluation globale. Le jumelage a suivi fidèlement les recommandations ambitieuses formulées, en octobre 2013, par le programme SIGMA cofinancé par l’OCDE : aussi la Délégation européenne, SIGMA et les ministères de tutelle ont accepté de prendre date pour l’avenir.

La Cour des comptes algérienne, qui contribue au développement de la bonne gouvernance et de la transparence dans la gestion des finances publiques, a ainsi déclenché une dynamique de mise en conformité de ses activités avec les normes et les meilleures pratiques européennes et internationales. Elle s’est notamment dotée :

  • de guides méthodologiques normés et homogènes, notamment dans la matière nouvelle de l’évaluation des politiques publiques,
  • de procédures juridictionnelles simplifiées et actualisées, assorties d’une politique sélective de contrôles,
  • d’outils collaboratifs de contrôle de la qualité de la gestion,
  • d’une organisation plus efficace en termes de coordination entre chambres, de structuration du greffe et de relations avec le ministère public,
  • de moyens informatiques et de communication modernisés.